Actus et Communiqués de Presse

21/11/2013

Partager :
Partager sur LinkedIn

Objets connectés : retour d’expérience des huit testeurs du Groupe BPCE

Objet connectés2
Pendant une dizaine de jours, huit collaborateurs du Groupe BPCE ont testé différents objets connectés.

Bracelets connectés (UP de Jawbone, Pulse de Withings), montres Bluetooth SmartWatch et I’m watch, balance Smart Body Analyzer, tensiomètre intelligent de Withings, les capteurs Koubachi et Flower Power pour surveiller la santé de ses plantes, … autant d'objets mis à la disposition par la Fnac et testés par les collaborateurs du groupe.

Si ces objets ressemblent à des inventions du futur, nos huit testeurs ont pu constater qu’ils faisaient bel et bien partie de notre quotidien. En 2020, ce seraient plus de 20 milliards d'objets qui devraient être connectés à Internet, estimait récemment une étude d’ABI Research. Qu'il s'agisse des fameuses Google Glass, de bracelets connectés, de vêtements intelligents mais aussi d'appareils de domotique.

Bien qu’éloignés du domaine bancaire, ces objets ont retenu l’attention de nos testeurs par la manière d’appréhender la relation à l’utilisateur, le parcours client, le design des interactions, l’ergonomie et la représentation visuelle des données.

Une expérience immersive qui modifie la manière de penser les applications

Le Leap Motion s’est révélé être l’objet le plus surprenant. Cette interface à l’allure d’une grosse clé USB permet de piloter l’ordinateur sans contact physique. Il suffit de télécharger l’application dédiée et de le connecter à un PC ou à un Mac, puis de faire des gestes qui permettront de passer d’un écran à un autre, d’augmenter ou de baisser le volume du son, de pointer ou d’entourer un item. Ce n’est pas tant son usage qui a attiré l’attention de nos testeurs – on imagine bien le potentiel de cet objet pour capter l’attention d’un public lors d’une présentation ou ses infinies déclinaisons dans l’univers du jeu – que l’impact émotionnel qu’il suscite : la sensation de vivre une expérience immersive et de faire corps avec l’écran en 3D à la façon du film visionnaire de Steven SpielbergMinority Report.

Une telle interface amène à imaginer  pour demain  des applications dans lesquelles l’internaute pourrait contacter un conseiller, consulter une documentation, effectuer une simulation, voir une vidéo, à travers un parcours scénarisé qui intègre la gestuelle. En prospective, de telles applications  ouvrent des possibilités nouvelles en matière de s fonctionnalités bancaires avec des interactions basées sur les gestes.

Analyse et infographie pour y voir plus clair…

D’autres objets, tels que le bracelet UP, la balance Smart Body et le tensiomètre de Jawbone ont séduit nos testeurs non seulement par leur capacité à tout mesurer, tracer, comparer… mais surtout à délivrer de manière graphique une vue d’ensemble de leur condition physique : activité, poids, tension, sommeil... Une logique d’analyse qui leur a permis de prendre conscience de leurs comportements au quotidien. C’est d’ailleurs l’argument avancé par Jawbone : les personnes connectées gagneraient 26% d’activité et de sommeil en plus.

Le traditionnel relevé bancaire pourrait s’enrichir d’analyses comportementales et prédictives inspirées par ces nouvelles technologies via une interface personnalisable et personnalisée. A l’ère du paiement dématérialisé et de la consommation cross-canal, nul doute que la banque aura un rôle accru à jouer dans la gestion personnelle des finances, le coaching bancaire et la pédagogie financière.

Autre point prospectif souligné par nos testeurs : comment garantir la sécurité des données pour ces objets qui stockent et échangent des informations très personnelles… ? Cette partie sensible, pourrait être au centre de l’appropriation, ou non,  de ces nouveaux usages par les consommateurs. L’un des enjeux de la banque de demain serait selon eux de trouver le juste milieu entre sécurité et facilité d'utilisation.