Actus et Communiqués de Presse

30/09/2014

Partager :
Partager sur LinkedIn

Baromètre Caisse d'Epargne des femmes entrepreneures : capitaliser sur les réseaux d'accompagnement

Cette troisième édition du baromètre des femmes entrepreneures publié par les Caisses d’Epargne et leur Fédération nationale, apporte un éclairage sur l’accompagnement dont elles peuvent bénéficier lors de la création et du développement de leur entreprise

Le baromètre a été réalisé par l’institut BVA par téléphone entre le 24 juin et le 15 juillet 2014 auprès d’un échantillon représentatif de 723 entrepreneurs (360 femmes et 363 hommes) dont l’entreprise réalise un CA inférieur à 1,5 millions d’euros ou de moins de 20 salariés. L’étude a été menée par la Caisse d’Epargne en partenariat avec la Caisse des Dépôts, France Active, Initiative France, Action’elles, Bpifrance, Fédération Pionnières, Forcefemmes, Réseau Entreprendre, APCE et avec la contribution de Madame la Ministre Marisol TOURAINE, de Stéphanie Cassin-Wismer Présidente du Groupe Jador et Viviane de Beaufort, Directrice académique des programmes Women Essec.
Le profil des femmes entrepreneures en 2014
L’âge moyen des femmes entrepreneures ressort, cette année, à 48 ans. Elles exercent, à plus de 38 %, leur activité dans les secteurs des services, contre 26 % chez les hommes qui préfèrent le secteur de l’industrie et de la construction (31 % contre 12 % chez les femmes).
Il y a peu de différence entre hommes et femmes en ce qui concerne l’âge à la création de l’entreprise
(35 ans), la santé de l’entreprise, la région ou encore la structure juridique (1/3 d’entrepreneurs individuels, 2/3 de sociétés et autres statuts). Cependant, les femmes créent des entreprises plus petites en termes de chiffre d’affaires (182 000 euros contre 294 000 euros) et d’effectifs salariés (1,9 contre 2,6).  
Un accompagnement rarement optimal dû à un manque de notoriété des réseaux
Cette étude met en exergue un véritable besoin d’accompagnement de la part des entrepreneurs de manière générale même si hommes et femmes se démarquent dans leurs attentes.
L’attente à l’égard des banques, bien qu’unanime, est tout de même plus importante chez les femmes. Que ce soit en phase de création (43 % contre 35 %) ou de développement (40 % contre 34 %), les femmes entrepreneures affirment se sentir plus accompagnées que les hommes.
Contrairement aux idées reçues, elles sont plus nombreuses que les hommes à être réellement accompagnées par leur banque pour créer (46 % contre 33 %) ou développer (35 % contre 29 %) leur activité.
De plus, l’obtention d’un prêt bancaire à la création est plus fréquente pour les femmes (52 % contre 36 %). Elles jugent « utile », voire « indispensable », l’action des banques dans 93 % des cas contre 84 % pour les hommes.
Pour autant, on remarque que les réseaux d’accompagnement restent méconnus des entrepreneurs. Par exemple, la moitié des entrepreneurs interrogés ne se représente pas l’accompagnement.
Le déficit de notoriété de certains réseaux d’accompagnement est particulièrement prononcé chez les femmes. Ainsi, elles sont 12 % à connaitre l’existence du Fonds de garantie à l’initiative des femmes (FGIF) et seulement 2% à en avoir bénéficié.
D’un autre côté, pour les femmes entrepreneures comme pour les hommes à la question « Pour vous, en quoi consiste l’accompagnement d’une entreprise telle que la vôtre », ils placent les banques en tête des accompagnements légitimes (2e position les CCI, 3e position les experts comptables).
Pourquoi les entrepreneurs n’ont pas recours à l’accompagnement
Qu’est-ce qui explique que les entrepreneurs ne sont pas accompagnés ? A la question : « Pourquoi n’avez-vous pas cherché à vous faire accompagner au moment de la création de votre entreprise ?», trois réponses se démarquent clairement et dénotent cette méconnaissance des réseaux : à 47%, les entrepreneurs ne savaient pas à qui s’adresser ; 43% ne pensaient pas qu’il était possible de se faire accompagner et 55% répondent « Je pensais/souhaitais, me débrouiller seul ».
Face à cette situation, la Caisse d’Epargne se mobilise auprès des réseaux de femmes comme Biilink et s’engage auprès du ministère des Droits des femmes pour le développement de l’entrepreneuriat féminin en France.
Banque de référence des femmes entrepreneures, la Caisse d’Epargne sera présente au salon des micro-entreprises qui se déroulera à Paris du 30 septembre au 2 octobre et soutient la 3ème édition de la Journée Nationale des Femmes Entrepreneures qui aura lieu le 1er octobre.
Pour en savoir plus :  www.caisse-epargne.fr/ ou www.federation.caisse-epargne.fr